Filmographie

Écrit par Administrator
Jeudi, 25 Septembre 2008 11:41

pateau - tlvsn - spatium tempus - ex pavement and all - u pop - fondue en larmes - désaffectés

PATEAU

Premier film, réalisé en 1998, produit par le C.A.C.L. (le Club des Amateurs Cinéastes de Limoges) en vidéo 8 N&B
Premier film, réalisé en 1998, produit par le C.A.C.L. (le Club des Amateurs Cinéastes de Limoges) en vidéo 8 N&B - 4'.

T L V S N

Film réalisé en 1999, produit par le C.A.C.L. en vidéo 8 - 17'.

SPATIUM TEMPUS

Première expérience avec le Super 8. Film réalisé en 2000, produit par le C.A.C.L - 5'.

EX PAVEMENT AND ALL

Film avec Théo Reybard, sound design Côme Jalibert - musique ALODE (Maxime Ribière & Thomas Houlès) - musique (séq métro) Emmanuel Vilatte - image, montage Guillaume Anglard, produit par l'Université Paris 8. 2004 - super 8 - 10'

Acquis par le Centre Audiovisuel de Paris (Forum des Images, 2006)
En compétition : festival Certains l’aiment court (Saint-Denis, Mai 2005)
Grand Prix du festival Courts métrages et grands talents présidé par Pierre Arditi
(Paris, Janvier 2005)


U POP

Clip réalisé pour la chanson U POP de Darcy and the Nerds. 2005 - super 8 - 4'.

FONDUE EN LARMES

Film avec Cyrielle Voguet et Vincent Desprat - Décor: Nicolas Lanvin, Image: Olivier Bertrand, Montage: Nicolas Vidal, Son: Alexandre de Alcantara, Musique: Thomas Bloch, produit par Les Productions Aléatoires. 2007 - super 16 - 11'.

En compétition : festival du court métrage de Limoges (Mars 2008)

En compétition : festival Ecrans libres (Aigues-Mortes, Novembre 2007)
Prix des personnalités et Prix des professionnels : festival C Trop court (Jeumont, Septembre 2007)
Hors compétition : festival Paris tout court (Paris, Janvier 2007)
Sélectionné au Label de La Maison du Film Court en 2005

DESAFFECTES


Performance projecteurs diapo/musique

Visuel: Guillaume ANGLARD
Musique: Philippe DARCY & Matériel BROUILLEUR

Une plongée dans des friches industrielles où la nature reprend ses droits.
Un nouvel intérêt pour ce qui a été abandonné : Errance contemplative au milieu d’espaces majestueux, aux couloirs labyrinthiques.
Les acteurs de cette déambulation : la lumière, les perspectives, la matière.

A l’image des murs, des fenêtres, des toits, la projection est altérée. Tel un film cassé, les projecteurs réalisent une suite d'arrêts sur image. Les photogrammes se fondent entre eux par jeu d’ombre, de surimpression ou de battements lumineux.

L’espace sonore répond aux perspectives. La matière sonore fait écho à la matière visuelle. Epaisse, lourde, granuleuse, en rythme avec la projection, parfois syncopée ou mélancolique, elle met en relief l’émotion se dégageant de cette immersion.


haut de page
Mis à jour ( Mardi, 30 Août 2011 22:19 )